A propos





Romain Claris réalise depuis 2000 des court-métrages sélectionnés ou récompensés par une centaine de festivals de films internationaux.

Il est diplômé du Conservatoire Libre du Cinéma Français en 2005.
Il crée le département vidéo de l'agence de publicité Claris Image Builder et assure la production et la réalisation de 250 films depuis 2006.

En 2020, il crée et dirige la Bordeaux Shorts Biennale. La seconde édition du Festival international du film minute et de court-métrage de Bordeaux aura lieu le 21 octobre 2022 au cinéma l'Utopia.

Pour l'été 2022 : une nouvelle exposition avec le photographe Nicolas Claris au Fonds culturel de l'ermitage de Garches, quatre court-métrages seront présentés: "Möbius project", "Poolside", "The underground river" et "Les danseuses de l'Ermitage".

En développement : Les comptes de la lune, un documentaire de création d'une quinzaine de minutes qui sera co-réalisé avec Jacques Dubuisson. Le film propose une autre histoire de l’invention des chiffres et du calcul qui se déroule entre -20 000 et - 12 000 ans.



Après un voyage au Niger en 1995, où il assiste en plein milieu du Sahara au tournage du long métrage Imûhar, Romain Claris travaille durant plusieurs années la photographie noir et blanc et couleur.

Il achète sa première caméra en vendant ses recueils de poèmes à la gare de Bordeaux et commence la réalisation de très courts-métrages en 2000 avec «Infini», écrit et tourné en Espagne, et «Real Trip» réalisé à New York en 2001.
Il travaille en 2004 comme cameraman sur « Lisbon Project » de l’artiste irlandais James Coleman, produit par Les Films d’Ici.

Diplômé avec mention du Conservatoire Libre du Cinéma Français en 2005 il intègre ensuite à Bordeaux l’agence de communication et de publicité Claris image builder en tant que responsable du département vidéo et assure la production et la réalisation d'environ 250 films pour l’industrie du luxe : nautisme, vignobles, architecture, culinaire... dont certains films signature comme Air Mer Bateaux Terre pour CNB yacht builders.

Parallèlement à ce travail d'agence, il continue de réaliser des court-métrages sélectionnés ou récompensés lors de nombreux festivals de films internationaux.
Ses deux films «Life Choice» et «Le temps mange la voix et les mots» sont sélectionnés par le programme culturel des Jeux Olympiques de Pékin en 2008 pour faire partie de la sélection française au World One Minute.
Son film-poème Painting with the dragonfly, écrit et réalisé aux USA, est sélectionné par le Festival Cinérail à Paris en 2009.
En 2011 le court-métrage La robe est primé Meilleur film expérimental aux Disturb Awards à Paris.

Il réalise également plusieurs documentaires-portraits de créateurs : Bernard Varvat, sculpteur sur marbre en 2005, Gilles Jonemann, créateur de bijoux et d’objets en 2009.
En 2011 le directeur artistique de la troupe internationale de danse United Dance Company, Alexandre Hoffmann, lui confie une carte blanche : la réalisation d’un documentaire de 45 minutes sur la vie de la compagnie.

Pour sa neuvième édition, le festival international de films Pêcheur du Monde lui confie en 2017 la présidence du Jury professionnel.

En 2018, son film minute Les cousins des nuages tourné avec un téléphone portable est sélectionné par une cinquantaine de festivals internationaux et remporte cinq Prix dont celui de la meilleure philosophie en animation au Festival Avalonia aux USA.

Il co-réalise avec Jacques Dubuisson en 2018 le moyen-métrage Voici que la nuit, une très libre adaptation du roman de Yasunari Kawabata « Les belles endormies », sélectionné au Forum Experimental de Los Angeles ainsi qu'en Belgique à la Verbeke Foundation au Wunderground Film Festival, et reçoit le Prix du meilleur moyen-métrage expérimental du Five Continent International Film Festival.

En 2019, l’association Watever initie «Un trésor à la carte» : une vente privée, aux enchères, à la Fondation Lafayette Anticipation dont les bénéfices sont reversés aux acteurs du sauvetage en mer. Romain Claris participe en réalisant le très court-métrage Ici commence.
Le film est ensuite sélectionné à Madrid par le festival EuropeNow et à Bilbao au Bideodromo International Expérimental Film Festival.

Il signe également avec le photographe Nicolas Claris plusieurs expositions de photographie et vidéo dont Bangladesh en 2013, Trois châteaux en hiver en 2014, Bateaux, Châteaux, Gâteaux en 2016, Rouge en 2017, Noirs en 2018.
Leur dernière exposition Un peu de rouge, pourtant. a été présentée au sein de l’espace culturel du Seeko’o à Bordeaux jusque début janvier 2020.

Son dernier court-métrage L'eau de la terre est un conte qui propose plusieurs niveaux de lectures avec ses métaphores et allégories. Librement inspirée par une trentaine de tableaux de grands maîtres de la peinture tel que Qi Baishi, Gao Xingjian, Shoda Koho, ou encore Katsushika Hokusai, Chloé Guêze peint ce conte d’Océanie qui raconte l’histoire d’une petite grenouille ordinaire qui voulait devenir extraordinaire.
L'eau de la terre est primé Meilleur film d'animation par le Varese International Short Film, ainsi que par le Picasso Einstein Buddha International Film Festival avec le prix du meilleur scénario de court métrage d'animation.

Le producteur de festivals de cinéma Jonathan Zsofi lui confie en 2020 la création et la direction du festival Bordeaux Shorts le Festival international du film minute et de court-métrage de Bordeaux.
Le festival propose un panel de films courts du monde entier. Des films 1 minute, des très court-métrages de 1 à 4 minutes et des courts de 4 à 15 min dans les genres suivants : Fiction, Animation, Documentaire, Expérimental.
874 court-métrages de 65 pays sont soumis pour cette première édition. Le jury international : Paula Olaz, Ziad Kalthoum et Daniel Vellucci attribue 16 Prix parmi les 46 films sélectionnés.
A l'issue de la soirée de projection le 23 octobre 2020 au cinéma Utopia de Bordeaux, les prix et le Grand Prix Spécial toutes catégories et genres confondus, ont été annoncés.